Du gui

Mistletoe

Informations sur le gui, y compris les applications, la valeur nutritionnelle, le goût, les saisons, la disponibilité, le stockage, les restaurants, la cuisine, la géographie et l'histoire.

Description / Goût


Le gui peut varier de petite à grande taille et se présente généralement sous la forme d'une boule dense de feuillage ou de brindilles qui se trouve haut dans la cime des arbres où la lumière du soleil est abondante. Selon la variété, le gui peut avoir des branches entrelacées qui forment une masse déformée jusqu'à un mètre de large. Les gui américains et européens ont des feuilles vert mousse qui mesurent en moyenne cinq centimètres de long et ont une forme en forme de larme ou arrondie et ovale, et le gui nain a de petites feuilles écailleuses or-orange, en forme d'aiguilles. Les baies sont rondes et blanches et sont connues pour leurs sécrétions collantes qui aident les graines à s'accrocher aux branches de leurs hôtes. Le gui est toxique et ne doit pas être consommé, et les feuilles contiennent une concentration plus élevée de toxines que les baies.

Saisons / Disponibilité


Le gui est disponible de la fin de l'automne à l'hiver.

Faits actuels


Il existe plus de 1 300 espèces de gui dans le monde, et ces espèces appartiennent aux familles des Santalaceae, Misodendraceae et Loranthaceae. Aussi connu sous le nom de Birdlime, All-Heal, Golden Bough, Drudenfuss, Devil’s Fuge et Iscador, le gui est un parasite toxique à feuilles persistantes qui se propage en puisant dans l'écorce d'autres arbres et arbustes pour absorber l'eau et les nutriments. Considéré comme un hémi-parasite, le gui a la capacité de survivre grâce à sa propre production de photosynthèse en plus d'absorber les nutriments de son arbre hôte. Le mot gui est dérivé du mot anglais pour bouse, ou «mistel» et brindille, ou «tan» qui se traduit par «bouse sur une brindille». Le gui porte ce nom parce que les graines dans les baies sont souvent propagées aux branches et aux arbres par les déjections d'oiseaux. Ils se propagent également en tombant du bec des oiseaux, et certaines variétés auront même des baies mûres exploser dans l’air, projetant des graines jusqu’à quinze mètres. Il existe trois variétés bien connues, le gui européen ou l'album Viscum, le gui nord-américain ou Phoradendron leucarpum, et la variété que l'on voit habituellement pendant les vacances, Phoradendron flavescens.

La valeur nutritionnelle


Le gui ne doit pas être ingéré car il contient des produits chimiques toxiques appelés phoratoxine, lectine et tyramine, qui peuvent causer une vision trouble, de la diarrhée, des nausées, des maux d'estomac, des vomissements, de la faiblesse et de la somnolence.

Applications


Le gui ne doit pas être consommé par les humains et il est préférable de l'utiliser comme décoration de vacances. Certaines variétés de gui ont été utilisées par des professionnels de la santé spécialisés pour réduire les symptômes de maux de tête et de convulsions, mais l'utilisation du gui en tant que médicament est controversée et des recherches supplémentaires et l'aide d'un professionnel sont nécessaires avant l'utilisation. Bien que le gui soit toxique pour les humains, c'est une source de nourriture importante pour les oiseaux, les cerfs et les porcs-épics.

Informations ethniques / culturelles


Le gui a une riche histoire dans les fêtes païennes des anciennes sociétés grecques, druides, celtiques et nordiques. Vénéré pour sa floraison mi-hivernale, le gui symbolisait la fertilité, le mariage et l'espoir du printemps. En Scandinavie, on pensait que Gui était capable d'amener les ennemis à une trêve ou de se disputer des époux pour parvenir à un accord. Dans de nombreuses cultures, il y avait une croyance qu'un baiser sous la plante à feuilles persistantes apporterait bonne vie et fortune. En utilisant cette croyance dans les années 1800, Gui a été ajusté sous la forme d'une «boule de baiser», et a été annoncé comme une verdure festive de vacances en Angleterre.

Géographie / Histoire


Des variétés de gui se trouvent dans des régions du monde entier, et des preuves fossilisées de pollen de gui montrent qu'il a des millions d'années. À l'origine, le terme Gui faisait référence à l'espèce européenne, Viscum album, mais au fil du temps, à mesure que de nouvelles espèces ont été découvertes, le terme s'est élargi pour inclure des espèces comme le Phoradendron leucarpum d'Amérique du Nord. Aujourd'hui, le gui pousse sur un grand nombre d'arbres à l'état sauvage en Europe, en Asie, en Australie, en Afrique, en Amérique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.



Articles Populaires